titleLucien1

Associant et juxtaposant leurs pratiques singulières, ils donnent naissance à une oeuvre hybride où la lumière sonique de Thomas Laigle devient le révélateur d’un récit caché dans les tapisseries de Lucien Murat. Dans cette performance live, la friction entre son et lumière et œuvres picturales plonge le spectateur dans une narration étrange et hypnotique. Les œuvres décrochées de leurs cimaises habitent l’espace d’exposition, la galerie mute en un théâtre des opérations.

“D’habitude pour faire parler un tableau, on fait appel à des connaisseurs aux noms comme des trombones. Mais Lucien, qui enjambe les cadres et les conventions avec la fluidité d’un coureur du 400 mètres haies a eu une idée plus tarabiscotée. Son envie : que les spectateurs se fassent une toile face à ses tableaux. Quand on connaît le foisonnement des peintures de Lucien, on se dit qu’on a affaire à un film dont il ne manque que la bande-son…
C’est porté par le même souffle de poésie que Thomas Laigle renverse la table des convenances. Depuis la nuit des temps musicaux, la lumière est asservie au son. Thomas, lui, inverse les pôles faisant des lumières – plus exactement des ampoules 20 watts en tortillon, des tubes à gaz d’argon et des lampes à vapeur de sodium – ses solistes. Avec ses compositions, c’est littéralement la Révolution des Lumières.
Un film dans le film, voilà le spectacle que vous propose ce soir cette association de malfaiteurs. Douze minutes d’odyssée incandescente dans une nouvelle forme de diorama aussi électrique qu’apocalyptique.”

David Combe, rédacteur en chef de Tracks/Arte