Expo : l’art de Lucien Murat réveille les grands enfants

L’art contemporain est un jeu d’enfants. Du moins, c’est ce que l’on pourrait croire en déambulant dans l’exposition « One To Rule Them All » de Lucien Murat à la Galerie Suzanne Tarasieve (75003). Personnages héroïques et décors fabuleux nous y rappellent nos vieux comics et nos jeux-vidéos préférés… dans un monde où l’on aurait perdu le contrôle du joystick. 

« Je vivais la nuit, je dormais le jour et j’écrivais beaucoup », raconte Lucien Murat de son séjour dans le New Jersey, pendant lequel il a imaginé sa « néo-mythologie ». Inspiré par ses lectures de CrashLe Roi des Aulnes de Michel Tournier ou encore la Grèce Antique, le monde contemporain se métamorphose entre ses deux mains et se réinvente dans des peintures aux airs de bas-reliefs.

Tout se passe comme si l’artiste mixait ses matériaux : bâches et tapisseries anciennes se superposent dans des scènes explosives dont la dimension grotesque fait parfois sourire. « Pendant que j’imaginais ces pièces, j’écoutais deux albums en boucle. Lunatic de Booba et Sad Hill de Khéops. Ce côté très découpé du rap dans le phrasé se retrouve dans mon travail, où l’on retrouve aussi la technique du sampling. C’est une musique qui m’a conditionné à l’écriture de mes petits textes. » 

Dans la galerie, un récit se poursuit d’œuvres en œuvres. Comme des extraits de films qui s’enchaîneraient, le travail de Lucien Murat constitue une saga inédite, dont les personnages et les décors ne sont jamais laissés au hasard. Bien au contraire, tous questionnent.

S’agit-il d’un point de tapisserie ou d’un pixel ? Faisons-nous face à une scène mythique ou à une projection dans le futur ? Là où science-fiction et esthétique post-Internet se mêlent, le visiteur est invité à interroger ses propres références. Partageons-nous tous la même culture, devenue homogène et dominante ? Les flux d’images, de vidéos et d’informations ont-ils aboli toutes les frontières ?

Tantôt réjouissantes, tantôt inquiétantes, les œuvres de Lucien Murat réveillent l’enfant turbulent qui sommeille en nous, celui que le monde des adultes fascinait, mais pas assez pour quitter l’écran des yeux.

« One to rule them all »
Jusqu’au 25 janvier 2020
Galerie Suzanne Tarasieve
7, rue Pastourelle 75003

Performance le 24 janvier 2020
Thomas Laigle et Lucien Murat


Par Lola Levent – YARD, le 09/01/2020